Ambassade du Portugal au Luxembourg

Ministère des Affaires Etrangères

CCP-Camões: Exposition Superstition Wilderness de Pedro Vaz

Le Centre Culturel Portugais - Camões vous invite au vernissage de l'exposition SUPERSTITION WILDERNESS de Pedro Vaz, qui aura lieu le mercredi, 9 mai 2018 à partir de 18h30 dans ses installations, 4, Place Joseph Thorn, à Merl.

convite vaz1vecv2 2 1

 

L’exposition Superstition Wilderness, de Pedro Vaz, présente, par la première fois en Europe, un ensemble de travaux développés en 2017, à partir d’une expédition aux Superstition Mountains, dans le Désert de l’Arizona, Phoenix, USA. 

Les montagnes « Superstition » sont un exemple rare de comment l’être humain construit des relations de pouvoir en articulation avec le milieu, même dans le silence profond du désert.

Le mélange ambivalent de l’histoire réel, de la légende et d’un paysage naturel maintenu inaltéré pendant des siècles, correspond parfaitement avec le choix des montagnes « Superstition ». Ce projet montre que cet assemblage se maintient à la superficie du sol et que la connaissance en personne de ce mélange, permet de confirmer pourquoi ces montagnes s’appellent Superstition.

Il s’agit d’un paysage qui semble être fait pour un décor d’évènements fictionnels et non réels. Une visite permet de prouver qu’il est réel et le fait qu’il soit vrai le rend encore plus fantastique. Ici, c’est le cas.

La lumière est sèche et ocre. Les cactus, qui ponctuent le paysage, semblent animiques, qu’ils soient multipliés au ras du sol comme c’est le cas du Cactus « Tonneau », ou bien qu’ils ressemblent à une sentinelle à l’horizon comme les espèces monumentales : le Cactus « Saguaro » ou le « Joshua ». Ici, la survie humaine est un privilège à court terme, à cause des températures élevées et de la sécheresse extrême. Dans cette ambiance, ces êtres végétaux immobiles, parfois anthropomorphiques, donnent l’illusion d´être des êtres animés. En fait, ils le sont, sous une forme végétale et dans un temps plus lent que celui des humains, mais dans la généalogie directe des histoires fantastiques. Javier Ramirez fait référence à toute cette charge, dans les peintures de Pedro Vaz :

Ces images, flottantes par sa pâle luminosité, ocre et dorée, suggèrent une proximité tactile avec l’élément topographique et, en conséquence, avec sa dimension mythique et légendaire. Le terrain est touché sans être agressé et le geste traverse le paysage et l’espace qui le soutiennent. Il en est de même avec les acryliques qui, poreuses, nous persuadent que, derrière la représentation paysagère, il n’existe rien, juste le vide. Vaz mentionne que celui qui témoigne de ce déplacement, s’approche d’un passé plus lointain encore, dans lequel la séparation entre l’homme et la nature était inexistante. L’analyse de cet œuvre de Vaz correspond ainsi à une vision plus cosmologique qu’anthropologique.

Pedro Vaz. Superstition Wilderness, Javier Ramirez Limón, 2017 

Le travail de Pedro Vaz a comme thème central la création du paysage. A l’époque dans laquelle nous vivons où la présence et l’observation lointaines sont quotidiennes, le déplacement physique dans un certain lieu présente une pertinence renouvelée. Dans ce contexte, la pratique des expéditions est devenue essentielle à la recherche menée par l’artiste.

Le Projet Superstition Wilderness a commencé à partir d’une résidence d’artiste « Onloaded » dévélopée au Phoenix Institute of Contemporary Art, Phoenix, EUA, en février et mars de 2017. Ce projet a donné naissance à l’exposition Peralta to Boulder Kanyon, au PHICA, Phoenix, et Superstition Wilderness, à la Galeria Enrique Guerrero, México.

Pedro Vaz           

Pedro Vaz (Maputo, 1977) obtient le diplôme en Arts Plastiques - Peinture, à la Faculté de Beaux-Arts de la Université de Lisbonne en 2006.

 

Récemment, il a présenté les expositions individuelles Supersition Wilderness, à la Galeria Enrique Guerrero, à Mexico, Mexique; Peralta to Boulder Canyon, au Phoenix Institute of Contemporary Art, à Phoenix, USA ; Caminho do Ouro, à la Kubikgallery à Porto ; et l’exposition collective Il tesoro è sempre più grande di quello che hai stretto tra le mani, au Museo del Paesaggio à Torre di Mostro, Italie. Il a aussi participé à la Biennale d’Art Contemporain de Coimbra “anozero’17”, Pentimento Book Launch.

Actuellement il présente l’exposition Depois do choque, os trópicos, Luísa Strina Gallery, à São Paulo, Brasil ; et les expositions Azimute, à la Galeria 111, Lisboa (à partir du 5 mai); Second Nature: Portuguese Contemporary Art from the EDP Foundation Collection, au Kreeger Museum, Washington D.C. (à partir du 13 juin).

En 2014, il a reçu le prix du concours international Beers Contemporary Award for Emerging Art, à Londres, et a reçu le soutien de la Fondation Calouste Gulbenkian et Duplacena pour le développement du projet « Tour du Mont-Blanc ». La même année, l’exposition individuelle « Tour du Mont-Blanc » se fait remarquer dans le Festival Temps d´Images 2014 et est présentée au MNAC : Musée National de Art Contemporain du Chiado à Lisbonne.

Pedro Vaz, vit et travaille à Lisbonne.

Partager:
FacebookTwitterGoogle +E-mail